C’est une information Europe 1. Une enquête menée pendant une semaine par l'association Santé-Environnement dans plusieurs villes révèle que les taux de pollution de l’air dans les crèches visitées dépassent dans la grande majorité des cas les normes autorisées. Parmi les substances les plus dangereuses pour les enfants, les formaldéhydes présents notamment dans les colles utilisées pour les meubles en aggloméré.

Ce sont les résultats d’une enquête inédite menée par l'association Santé-Environnement dans des crèches et des centres sociaux, soit au total dix sites dans plusieurs grandes villes françaises notamment à Paris, Lille, Toulouse ou Grenoble. Une étude révélée par Europe 1 et qui se révèle particulièrement inquiétante pour les parents qui laissent tous les jours leurs enfants dans ces lieux d’accueil. Car l’air y est particulièrement pollué.


Trois substances cancérigènes ou néfastes pour le système reproductif ont été testées à l’aide de petits capteurs : les phtalates, utilisés pour assouplir le plastique, le benzène, un solvant, et les formaldéhydes, présents notamment dans les colles utilisées pour les meubles en aggloméré. Or dans la grande majorité des cas, les résultats dépassent les taux de référence autorisés par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Ce qui équivaut pour les enfants à une intoxication chronique, lente et surtout jusque là silencieuse. Parmi les substances les plus dangereuses pour les enfants, les formaldéhydes présents notamment dans les sols en lino et les différents vernis sur les meubles.

L'association Santé-Environnement exige d’ores et déjà un meilleur étiquetage des meubles et des colles pour qu’au moins les crèches puissent s’en détourner en toute connaissance de cause. A court terme, il faut penser à aérer régulièrement. A long terme, c'est sur l'implantation même des crèches qu'une réflexion devra être menée, pour les éloigner notamment des grands axes routiers.

Google+ Comments

Retrouvez les autres thèmes associés à ces articles

Posté le 30 mars 2009.